Nos Utopies sont les réalités de demain

La voix (voie) de l’utopie…
La voix (voie) de l’effondrement…
 
Sur quel niveaux de conscience choisissez vous de porter votre attention ou d’offrir l’énergie de votre conscience?
Sur quel tempo, choisissez-vous de vous accorder, d’évoluer, de surfer, de vibrer, de vivre, d’être ?
Si, si…vous avez le choix
Pour (faire) ma part, je choisi le chemin de l’utopie.
à droite , un extrait de l’intervention de Lulu aux e.Days#5 (2017)

 J’évolue ainsi dans une conscience dans laquelle des technicités de l’esprit ignorées jusqu’à présent (par le main stream) peuvent se déployer, et permettent de voir nos pensées aimantes (nos souhaits, nos envies, nos désirs) se manifester sur le plan physique.
 
 » L’utopie n’est pas l’irréalisable mais l’irréalisé. C’est simplement ce qui n’a pas encore été réalisé. L’utopie d’hier peut devenir la réalité de demain. » Cette définition de Théodore Monod illustre parfaitement le phénomène.
 
Pour vivre ces expériences, nous devrons nous réconcilier avec le Vide (l’espace vacant qui crée les opportunités) et nous y abandonner en « lâchant » les croyances mentales qui nous en empêchent. Lorsque nous serons nombreux à nous emparer de la foi (qui n’est pas affaire de croyances mais relève d’une connaissance réelle et immédiate provenant d’une expérience physique), nous serons en mesure de modeler la matérialisation d’un nouveau paradigme (nouveau monde) dont les contours se profileront à partir des scénarios que nos imaginaires libérés et assoiffés d’harmonie auront su dessiner.
 
Nous sommes proches de ce shift (basculement) collectif car beaucoup, de plus en plus nombreux, inspirés par des individus qui, avec quelques longueurs d’avance, en font déjà l’expérience dans leur quotidien et le partagent grâce aux réseaux sociaux (qui prennent ainsi tout leur sens), tracent la route de l’autonomie créative. La joie et l’émerveillement qui nous habitent lorsque nous faisons l’expérience de ce pouvoir intérieur créateur dans la matière confirment le bon sens de cette « nouvelle » voie.
 
J’ai à coeur aujourd’hui de diffuser ces subtilités « spirituelles » (de l’esprit) laïques bien évidemment, qui semblent encore échapper à bon nombre de consciences en mal de matérialisations porteuses. En parlant avec une âmie avant hier, j’ai en effet vu l’incompréhension (de ces phénomènes) responsable de l’état d’inertie, voir de paralysie dans lequel nous stagnons, à l’échelle individuelle et également, par résonance, à l’échelle collective.
 
L’humanité aujourd’hui, est plus qu’elle ne l’a jamais été dans une situation de réveil, elle est bouillonnante de vie et d’envies. Pourtant, elle est stationnaire voir inerte dans sa capacité de matérialisation concrète des changements à grande échelle (car il y a plein de changements à petite échelle ). Les croyances basées sur la conscience de peur ( résistances, tensions) ne peuvent se détacher ou libérer les structures vers leurs véritables potentialités.
 
La notion d’UTOPIE est donc à associer au jeu de la création délibérée. De cette source des individualités suivra le jeu de la cocréation. C’est le coeur du mouvement qui touche l’humanité, aujourd’hui. Il part de la joie et non plus de la peur. Un nouveau chemin à explorer, à deployer, ce  sentier lumineux de  » moindre résistance ». On s’y retrouve ?

Un grand merci à ma lumineuse amie Lucile pour sa généreuse présence aux e.Days  et dans nos vies en général. Ses propos illustrent et complètent toujours mes mots. Ce qui renforce ce sentiment que nous sommes déjà dans harmonie avant gardiste  du « paradigme de l’amour ».